Représentée par sa présidente, Mme Heri Alliance, Unah était présente à la conférence organisée par la Chaire Unesco ce samedi 30 Mars 2019 à l’université Catholique de Lyon sur le thème  » la problématique de la reconstruction de la paix en République démocratique du Congo face aux défis de l’impunité ». L’intervenant du jour a été le prix Nobel de la paix 2018, en la personne du Dr Denis Mukwege, chirurgien gynécologique, fondateur et directeur médical de l’hôpital Panzi de Bukavu, en République démocratique du Congo.

Unah a attendu le Dr sur la question des enfants issus du viol, qui, sans une prise en charge adéquate, immédiate et un retour en famille, seraient une bombe à retardement pour la communauté congolaise. Quels mécanismes de prise en charge pour ces enfants? Et quelle approche en adéquation avec les communautés et les familles se dressant comme rempart face à la résilience de ces enfants?

Le prix Nobel remarque qu’à ce jour, cette question des enfants issus du viol n’a pas trouvé un réel écho au sein de la communauté congolaise.

Pour éradiquer ces maux, l’État congolais dans son obligation de protéger, devrait mettre en place des mécanismes de protection et de réintégration sociale de ces enfants. A ce jour, il répond par son absence et son silence face au mal qui terrasse le peuple congolais. En l’absence de l’État de Droit, les actions des structures philanthropiques ne peuvent satisfaire à elles seules ce besoin. L’injustice, l’impunité, la pauvreté, la famine et bien d’autres maux ne font qu’élargir le gouffre.

Unah réitère sa volonté d’apporter sa pierre à l’édifice et de partager son expertise et son savoir avec les acteurs de la société civile et internationaux pour trouver ensemble des solutions adaptées et durables.