« CANTINE DES COEURS »

L’association UNAH-RDC a été créée le 12 janvier 2018 dans l’optique d’accompagner l’engagement de nos membres en ce qui concerne le bien-être de l’enfant et de la femme, en situation de vulnérabilité ainsi que  l’amélioration de leur environnement. Son autorisation provisoire de fonctionnement a été actée le 07 septembre 2018 par son excellence l’ex-gouverneur de province, Mr Claude NYAMUGABO BAZIBUHE. Cette initiative permet l’ancrage social des activités d’UNAH au sein des communautés congolaises, situées à différents niveau de l’échelle sociale. 

C’est ainsi que nous avons mené des actions en amont, avec des partenaires socio-économiques afin d’assurer le bon déroulement des activités. L’implication des OSC est d’autant primordiale que nécessaire. UNAH encourage la collaboration et la mise en place de partenariats, à l’instar de l’Objectif de Développement Durable tel que promut par les Nations-Unies à son 17ème énoncé des ODD dans son Agenda 2030.

Les activités de cette année 2020 ont gravités autour de la soumission de candidatures sur des projets de développement durable ainsi que sur l’accompagnement des politiques et stratégies des OSC dans la mise en œuvre des ODD au sein des initiatives locales, urbaines, provinciales, régionales, et nationales. Une mission de descente dans le territoire de Kalehe, précisément à l’E.P IRAMBO-KALEHE, a été programmée par la Coordination UNAH en collaboration avec UNAH- RDC dans le but de lancer officiellement le projet de « Cantine des cœurs » à l’EP IRAMBO-KATANA, dirigée par la congrégation des Sœurs de la Miséricorde d’IRAMBO KALEHE.

Le projet a été initié par les sœurs de l’école susmentionnée, qui ont constaté que depuis l’arrêt du fonctionnement de la cantine, manger à l’école était un stimulus pour la régularité scolaire des enfants et leur excellence. En plus de cet arrêt, les enfants qui sont restés à l’école connaissent des échecs scolaires en raison de l’impact du déficit alimentaire sur la santé, sur leur bien-être et sur leur potentiel. Avec la disparition de la cantine scolaire en 2013, tout l’effort concentré autour du projet de scolarisation des enfants semble être vain et l’objectif de la remettre en place devient chaque année inespéré. Après avoir repéré les élèves, un diagnostic a été effectué avec les sœurs autour de l’impact de la mauvaise alimentation sur les résultats scolaire.